• meyer 005

    Ma Grand-Mère

    Chair fragile d’une joue détendue par le poids des années,
    Reverdit au tendre baiser donné par un de ses petits enfants,
    Dans son sein, rien ne l’étonne, même pas le chant troublé
    D’une génération sacrifiée, grand-mère a toujours vingt ans.


    Sous le glas de l’horloge, la consolation se fait dans l’oubli,
    Pourtant ses yeux remplis de bonté ont la sagesse de l’aurore,
    L’étendue d’un siècle a ridé ses espérances mais pas ses fruits,
    Ses chers chérubins sont près d’elle et lui apportent du réconfort.


    Vieillesse n’est point une maladie mais une cruelle nature,
    Tel un crépuscule se couchant sur les chemins de l’enfance,
    Je n’oublierai jamais le goût de ses gâteaux et des confitures,
    Ma grand-mère, je la vénérais et sa mort, encore, me torture.

    Alain Meyer-Abbatucci


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique